En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Actualités Culturelles

Lycéens au cinéma

Par admin arenes, publié le jeudi 10 octobre 2019 11:56 - Mis à jour le mardi 18 février 2020 18:25
index.jpg
L’opération "Lycéens au cinéma" se poursuit

 

            Ce sont dix classes, 250 élèves et étudiants de notre lycée qui sont cette année inscrits au dispositif lycéens au cinéma, depuis les classes de seconde jusqu’aux candidats au diplôme du DNMADE.

Lycéens au cinéma, c’est un dispositif national d’éducation à l’image, plébiscité chaque année pour sa pertinence dans les objectifs qui sont les siens : faire évoluer le regard des jeunes sur le cinéma et approfondir l’apprentissage du langage spécifique que constitue l’écriture filmique.

Le principe est efficace : une sortie chaque trimestre au cinéma suivi d’une intervention assurée par une professionnel qui permet d’approfondir le regard critique des élèves sur le film vu.

Au programme cette année, trois films très différents les uns des autres et qui sauront d’une manière ou d’une autre faire réagir élèves et étudiants.

Au premier trimestre, avec Breakfast club, c’est le « Teenmovie » et les années 80 qui seront à l’honneur. En avant-programme, il y aura un court-métrage de Clément Cogitore que les élèves découvriront certainement avec plaisir, les Indes galantes, qui nous fait découvrir le « Krump », cette danse des ghettos noirs de Los Angelès… sur la scène de l’opéra de Paris. Cinq minutes pleine d’une belle énergie, au montage subtil.

Au second semestre, ce sera une plongée dans le Japon en compagnie de Kore-Eda, le réalisateur qui a obtenu à Cannes en 2018 la Palme d’Or, avec le film Tel Père tel fils *, d’après un fait divers terrible: un échange de nouveaux-nés dans une maternité.

C’est enfin Michel Gondry que l’on retrouvera au dernier trimestre, bien loin cependant de ses célèbres clips ou de son Eternal Sushine of the spotless mind, dans un documentaire aussi cruel que son beau titre, l’Epine dans le coeur, variation subtile et dérangeante autour de sa propre famille, dans les Cévennes.

 

A propos du film de Hirokazu Kore-Eda

"Tel père , tel fils" : Douceur des échanges en milieu familial . Télérama

 

 

 

 

Pièces jointes

À télécharger

 / 1
Catégories
  • A la Une